Génériques de programmes télévisés

0
546

Etude de génériques de programmes télévisés de genre policier.

Objectifs : développer des compétences informationnelles en lecture de documents audio-visuels à travers des génériques de télévision.

A l’issue du dispositif, les élèves pourront :

  • identifier les codes et les signes propres au genre policier.
  • différencier une série de fiction policière d’un reportage d’enquête judiciaire.
  • reconnaître les différents plans et comprendre leur logique.
  • analyser le traitement appliqué aux différents plans (infographies, effets spéciaux, transitions, superpositions d’images,…) et en comprendre le sens.

Prérequis : les élèves auront déjà abordé la notion d’échelle de plans dans un cours précédent.

Public : élèves de 4e année secondaire de l’enseignement général.
Pédagogies utilisées : Analyse, déconstruction, théorisation.
Durée : 2X 50minutes
Choix des génériques :

  • The Wire (série policière américaine considérée comme réaliste),
  • Devoir d’enquête (magazine belge d’enquête judiciaire de la RTBF, diffusé sur la Une télé).
  • Cold case (série policière américaine basée sur l’élucidation de vieux dossiers)

L’objectif est surtout de comparer, à travers les génériques, la fiction au documentaire.
Le générique de Cold Case fera l’objet d’un travail en classe ou à la maison pour vérifier l’assimilation des compétences.

Matériel :

un ordinateur
un video-projecteur ou TBI
les génériques sur DVD ou clé USB
un programme de montage permettant de montrer plan par plan (c’est plus précis mais la leçon peut se dérouler sans).

Déroulement de la leçon :

  1. Présentation du thème abordé : Etude de génériques de programmes télévisés.
    Que cache un générique, que peut-on en apprendre ?
  2. Vision du générique de « The Wire »
  3. Première analyse sur base de questions – réponses avec les élèves :
    – De quoi s’agit-il ? De quoi va-t-on parler ?
    – Quels sont les éléments relevés (images, sons, thèmes,…) ?,…
  4. Répartition de tâches à effectuer en groupes dans la classe et nouvelle vision du générique :
    – un groupe se charge de noter le nombre de plans qu’il pense pouvoir repérer.
    – un groupe décrit le contenu des images (cigarette, policier, drogue, lieux..)
    – un groupe repère les différents sons (dialogues, sons, musiques,…)
    – un groupe se penche sur les échelles de plans les plus fréquemment utilisées.
    – un groupe se penche sur les couleurs utilisées (noir et banc, couleurs « réalistes » ou pas,…)
    – un groupe repère tous les éléments textuels et tente de les interpréter.
    – un groupe tente de trouver ce qu’on ne voit pas (qu’y a-t-il de différent par rapport aux génériques connus)
  5. Analyse des résultats. Combien de plans ? Que peut-on relever comme mots-clés ? Combien de sons différents ont-ils été perçus ? Quelle est la valeur de plan dominante ? Quelles sont les couleurs utilisées ?
  6. Distribution du tableau détaillant tous les plans et comparaison avec leurs propres résultats.
  7. Résumé de l’analyse et théorisation.
  8. Nous venons de faire un exercice de dénotation, à savoir décrire ce que nous voyons dans ce générique en décortiquant chaque aspect du document. Ensuite, nous l’avons interprété pour comprendre le sens de tous ces éléments. Qu’ont voulu nous dire les auteurs de ce générique ?
  9. Les principaux éléments (personnages, objets, lieux,…) qui apparaissent dans le générique peuvent être résumés par ces mots-clés : ordinateurs, systèmes d’écoute, police, menottes, insigne, noirs américains, Baltimore, cigarette, dossiers, drogue, observation, crime,… Ils constituent l’univers diégétique de cette série. Grâce à eux, nous savons à quoi nous attendre en regardant la série. Elle va nous parler de policiers à Baltimore, qui s’occupent de drogue, effectuent des écoutes téléphoniques et sont confrontés à des crimes. Nous sommes donc dans un genre policier.
  10. Un générique est une suite de plans très courts (1 à 2 secondes) destinés à présenter un programme, c’est la vitrine. Il est souvent rythmé et il est parfois difficile de repérer toutes les images du premier coup. Un bon générique est un générique dont on ne se lasse pas et qui nous fait découvrir de nouvelles infos à chaque vision.
    L’élément sonore d’un générique est souvent une musique, où les dialogues sont généralement inexistants. Les bruits d’ambiance passent au second plan.
    Dans cette série, le TGP permet d’insister sur les détails qui caractérisent la série : les écoutes (cf titre) et la drogue. C’est une manière aussi de nous plonger au coeur de cet univers, d’être au plus proche de cet univers.
    La série se veut avant tout réaliste, il n’y a pas de traitement particulier de l’image. C’est un générique assez sobre, presque sans effets particuliers. Seule l’utilisation du noir et blanc sur certaines images sert à comprendre que l’image change de statut. Nous regardons une photo ou nous voyons l’action à travers l’oeil d’une caméra de surveillance.
    Par contre, contrairement aux autres séries, on ne nous présente pas les acteurs, nous ne voyons pas leurs visages, ils ne sont pas mis en avant. Il n’y a pas de « starification » des acteurs dans cette série.
    Les textes, ajoutés en infographie (ou montage), sont informatifs : ils nous indiquent le titre de la série, les noms des acteurs et de l’équipe de réalisation. Cela permet de comprendre qu’il s’agit d’une fiction (film ou série télévisée)Et de fait, la série a été tournée aux Etats-Unis. (description du contexte externe)The Wire (en français : sur écoute)
    Diffusée entre 2002 et 2008 ( juste un peu après les attentats du 11 septembre 2001) sur HBO (chaine de TV payante américaine) puis sur CanalSat en France à partir de 2004. Elle comprend 60 épisodes diffusés en l’espace de 5 saisons. Elle traite de la criminalité dans la ville de Baltimore. La série se veut réaliste et sociologique : elle reflète la vie des différents acteurs du terrain (policiers, dealers, politiciens, résidents de Baltimore,…) et de leurs rapports avec les institutions.

    Ses créateurs connaissent bien les milieux policiers et criminels :

  • David Simon est un ancien journaliste du Baltimore Sun, spécialisé à l’époque dans les crimes. Avant de lancer la série, il avait écrit deux livres documentaires qui avaient déjà été adaptés pour la télévision.
  • Ed Burns est un ancien inspecteur de la brigade criminelle de Baltimore.La série a reçu de nombreuses récompenses. Elle est considérée par de nombreux observateurs comme l’une des meilleures séries télévisées en raison notamment de sa représentation réaliste des ghettos de Baltimore et pour les thèmes sociologiques qui y sont traités.
  1. Conclusions concernant « The Wire »Le générique de fiction nous met en appétit. Il est court, sert à attirer, accrocher le téléspectateur. Il est donc souvent rythmé par les images et la musique. Il est également informatif : il nous présente l’univers diégétique de ce qui va suivre, nous en donne le titre et les principaux acteurs (comédiens et équipe dirigeante de réalisation).

Deuxième générique : Devoir d’enquête.

 

  1. Même analyse (normalement plus rapide compte tenu du premier exercice), les groupes se reforment et chacun tente, à nouveau d’être attentif aux différents plans, contenus, couleurs, textes,…
  2. Vision du générique de Devoir d’enquête.
  3. Analyse : qu’avez-vous relevé ? Qu’y a-t-il de différent par rapport au générique précédent ?
  4. Résumé et théorisation :- L’univers diégétique est également un univers policier mais les thèmes abordés sont plus vastes, moins ciblés : argent, crime, surveillance, disparitions, policiers, poursuites, révolte,… Il n’y a pas d’info sur les lieux où cela se passe. Beaucoup d’images amènent une interprétation :
  • La vitre brisée représente le drame, le coup de colère, les vies brisées,…
  • Les manifestations connotent la révolte, la contestation,…
  • Les visages sombres, tristes, crispés connotent la douleur, la souffrance de victimes.
  • L’objectif d’appareil photo, l’oreille peuvent être les yeux et les oreilles des journalistes attentifs à ces événements.
  • L’ours en peluche abandonné dans le champ connote une disparition. Les jeunes qui se prennent dans les bras indiquent qu’il s’agit d’un événement tragique. Ils symbolisent des victimes.
  • La dame qui boit sa soupe et puis s’effondre connote une mort par empoisonnement.
  • L’homme qui court en costume connote la criminalité en « col blanc ».
  • La vue aérienne connote les surveillances par hélicoptère.
  • L’argent connote la corruption, le vol, les victimes
  • L’empreinte connote l’enquête, le monde policier.
  • Le titre s’inscrit au coeur de l’empreinte, au coeur de l’enquête => c’est une émission d’enquête.
  1. Conclusions sur «Devoir d’enquête »– Nous sommes confrontés à un générique court, encore plus rythmé mais moins réaliste. Toutes les images se superposent sur une vitre brisée. Tout est traité en infographie, il y a de nombreux effets. Cela nous donne le ton de l’émission, c’est un peu la charte graphique du magazine (Ces couleurs sont reprises pour les plateaux en studio). On peut s’attendre à de nombreux effets également dans la suite de l’émission.- A part le titre de l’émission, aucune autre information n’apparaît dans le générique. Pas de comédiens, pas d’équipe de réalisation. Nous n’avons donc pas affaire à un générique de série télévisée, mais à un autre type de programme. Pour savoir exactement de quel type d’émission il s’agit (débats, reportages d’actualités, documentaires,…), il faut aller au-delà du générique et regarder la présentation + les reportages qui donneront plus d’éléments. Ni la présentatrice, ni les journalistes ne sont mis en avant dans le générique.

    – Pour replacer ce générique dans son contexte, il faut savoir que Devoir d’enquête est un magazine de la RTBF (chaine publique belge) présenté par Malika Attar. Lancé vers 2005, il a succédé aux émissions telles que « Au nom de la loi » ou « Faits divers ». Les journalistes y réalisent des reportages de 50 minutes sur l’actualité judiciaire belge (crimes, escroqueries, délits, harcèlements, bavures policières, procès d’assises,…). Ils vont plus loin que la simple relation des faits, ils réalisent toute une enquête, rencontrent un maximum d’acteurs des dossiers. La préparation de ces reportages dure en moyenne 3 mois. L’émission est diffusée en prime-time sur la Une. La réalisation de ce générique a duré 4 mois.

  1. Conclusions : un générique est une vitrine de l’émission et donne de nombreuses informations sur le programme diffusé. Il plante le décor et détermine souvent le type d’émission : film , série, magazine, comédie, JT,…
    Attention : il existe des exceptions à ces règles. Certains génériques sont atypiques et ne reprennent pas systématiquement tous ces éléments. Mais en règle générale, ils répondent à ces règles de construction.
  2. A réaliser en devoir ou en classe, suivant le timing restant : analyse du générique de Cold Case. Il s’agit d’une série policière américaine diffusée sur CBS (télévision commerciale américaine) de 2003 à 2010. L’actrice principale s’appèle Lilly. Avec ses coéquipiers, elle tente de résoudre des affaires policières non élucidées en réinterrogeant des acteurs du passé.

Générique de « The Wire »

 

1

Images

Textes

Sons

2
  • Très gros plan sur un oscilloscope
3
  • Très gros plan sur deux mains qui ouvrent un GSM (pas de dernière génération – indication de l’époque)
Titre : The Wire (en blanc) – Majuscules
4
  • Très gros plan sur une main qui tourne un bippeur
5
  • Très gros plan sur les lumières rouges et vertes d’un modem
6
  • TGP sur les mots Wiretape activity et outgoing + onde sonore
Bruit de vibreur, sonnerie légère
7
  • Très gros plan : Onde sonore + suite de chiffres qui s’affichent (premier panoramique)
Léger son de sonnerie
8
  • Très gros plan :

Cables électriques (panoramique)

Un nom apparait en blanc
9
  • Très gros plan : Ecran d’ordinateur avec une suite de chiffres (flou -net)
10
  • Très gros plan sur l’oeil d’un homme qui observe
11
  • (PDE) Voiture (au loin) avec un homme accoudé à la fenêtre côté conducteur, l’homme discute puis s’éloigne
Deuxième nom Bruit de rue, enfants
12
  • Effet visuel (flash)
13
  • Très gros plan sur une assiette, de la poudre et des mains gantées
Troisième nom
14
  • TGP mains gantées qui remplissent un petit tube de poudre.
15
  • Zoom avant sur de la poudre et des sachets plastiques
16
  • TGP, Panoramique mains qui se déplacent vers un sachet
Quatrième nom
17
  • TGP sur une cuillère (floue à l’avant plan) et une balance de précision, des sachets et des plastiques à l’arrière.
18
  • Zoom avant hélicoptère dans le ciel, contre-plongée.
Bruit hélicoptère
19
  • Plan rapproché sur des bras et des mains qui se passent de la drogue.
5e nom
20
  • Plan général d’une ville (probablement américaine)
21
  • Effet de flash
22
  • TGP sur un coude et un doigt qui tape sur une veine
23
  • TGP sur une main qui tombe sur le sol et lâche des capsules de drogue (nuit)
6e nom
24
  • TGP sur des pieds qui piétinent les capsules (nuit)
Bruit des capsules
25
  • Travelling arrière sur les pieds qui marchent. Une portière de voiture de police de Baltimore s’ouvre.(nuit)
26
  • Effet panoramique rapide sur la scène de rue extérieur nuit
27
  • Panoramique sur un policier (Plan taille) qui marche (caméra de dos) + lampes des voitures de police + murs avec des grafittis. (nuit)
7e nom
28
  • Plan de demi-ensemble : rue filmée depuis l’étage d’un immeuble à travers un grillage en plongée.
29
  • TGP appareil photo, objectif longue focale qui fait une mise au point.
Déclencheur d’un appareil photo
30
  • Zoom avant vers la voiture à travers le grillage
8e nom
31
  • Plan fixe noir et blanc de la voiture (fixe)
32
  • Effet de transition
33
  • Photos de personnages de peau noire qui tombent sur une table (fixe)
34
  • Flash de transition
35
  • Catalogue photo de police (fixe)
36
  • TGP cigarette allumée sur le bord d’un cendrier. Une main la prend, fait tomber les cendres (entrée de champ)
9e nom
37
  • TGP dossiers + feuilles imprimées
38
  • TGP – Panoramique sur un texte (Maryland, Baltimore city, autorisation d’écoutes téléphoniques- en anglais)
10e nom
39
  • Plan de demi-ensemble sur un homme près d’une cabine téléphonique, il est assis à côté de la cabine et se lève (nuit)
40
  • TGP cabine téléphonique de profil, l’homme décroche le téléphone
Bruit du cornet de téléphone qu’on décroche
41
  • TGP : Une main insère une pièce de monnaie.
Bruit de la pièce qu’on insère
42
  • TGP : Un doigt appuie sur des touches pour composer un numéro.
11e nom
43
  • TGP : Panoramique qui parcourt le fil d’une oreillette pour aboutir sur le visage de profil de l’homme qui fumait une cigarette.
Casting by12e nom Sonnerie de téléphone
44
  • TGP  : écran montrant des ondes sonores
Bruit de fond de gens qui parlent
45
  • TGP sur la bouche d’un homme de couleur qui parle au téléphone d’une cabine téléphonique
Production designer13e nom
46
  • TGP – Panoramique sur des fils téléphoniques, un cornet de téléphone abandonné
47
  • Effet de flash
48
  • TGP sur deux boutons d’un oscilloscope
49
  • TGP sur un enregistreur à bandes
Editor14e nom Bruit du son au ralenti d’un enregistreur à bande
50
  • TGP – Panoramique sur les inscriptions d’un écran d’ordinateur (« duration 15 seconds »)
51
  • TGP : Ondes sonores bleues (flou – net)
Director of photography15e nom
52
  • TGP sur une main sur une machine
Brouillage sonore
53
  • TGP(mouvementé) Feuille manuscrite avec des durées.
54
  • Plan de demi-ensemble d’un homme de dos à la cabine téléphone (nuit)
Co-producer16e nom
55
  • TGP téléphone cabine, l’homme raccroche (nuit)
Bruit du téléphone qu’on raccroche
56
  • TGP lampes rouges du modem (nuit)
57
  • Fondu au noir
58
  • TGP – Panoramique sur un insigne de police et des clés.
59
  • TGP : mains d’une personne qui détachent les menottes d’une autre. (intérieur sombre)
Producer17e nom
60
  • Plan taille d’un policier de profil qui marche en rue.(nuit)
Bruit de conversations radio de policiers.
61
  • TGP : Caméra de surveillance en contre-plongée.
62
  • Plan de demi-ensemble de jeunes dans un parc filmés par la caméra du surveillance. Image noir et blanc. Le jeune lance un projectile vers cette caméra.
Created by18e nom
63
  • L’optique de la caméra se brise, panoramique. vers le bas (image noir et blanc)
Bruit du bris de verre
64
  • TGP oeil en contre-plongée (couleur)
65
  • TGP de time code
66
  • TGP – Panoramique sur des câbles et un boitier.
67
  • TGP sur deux mains qui placent un micro avec un auto-collant dans le cou d’une autre personne.
Teleplay by19e nom
68
  • Plan de demi-ensemble de l’entrée d’un immeuble (image noir et blanc)
Bruit de fond de conversation
69
  • TGP connections de fiches
70
  • TGP : Flou – net sur des vu-mètres
Story by20e nom
71
  • TGP sur les lignes d’un oscilloscope blanc
72
  • TGP – panoramique sur des écrans sur lesquels on distingue des cadrans et des chiffres .
73
  • Zoom sur l’entrée de l’immeuble (noir et blanc) + effet de bruit
Directed by21e nom
74
  • Transition au noir
Bruit d’un enregistrement sonore coupé.Fin de la musique.

 

Durée : 1’30 »

74 plans différents (avec effets de transition)

Moyenne : un peu plus d’une seconde par plan.

21 noms au générique (comédiens et équipe de réalisation).

1 titre : The Wire (le fil)

Musique : Version revisitée de « Way down in the hole » (« descente aux enfers ») de Tom Waits (style Jazz)

 

Générique Devoir d’enquête

 

1 Représentation d’une vitre brisée + Dessin d’une arme à feu qui tire
Rem : cette vitre sera présente jusqu’au bout
Sigles : La Une et la RTBF.be
2 Plan mi-moyen d’une manifestation avec un policier + mégaphone
3 Plan taille : la manifestation dégénère, pagaille, des gens se protègent.
4 GP d’un homme à l’avant-plan se cache le visage avec la main. + Apparition d’un appareil photo
5 TGP d’une oreille + ondes sonores qui se transforment en lettres Apparition du titre
6 Optique d’un appareil photo. +Plan demi-ensemble d’une battue dans un champ.
7 Plan américain de gens filmés de profil qui marchent dans un champ.
8 Même scène – Plan américain des gens filmés de face, deux jeunes gens à l’avant-plan.
9 TGP d’un oeil qui s’ouvre+ apparition d’un time code image.
10 TGP d’un ours en peluche abandonné dans les herbes.
11 Plan taille d’une dame assise à une table qui semble inquiète et qui porte une cuillère à la bouche.
12 Retour à la battue. Plan américain des deux jeunes. Le garçon prend la fille dans ses bras pour détourner son regard. + Réapparition de l’objectif de l’appareil photo.
13 Plan taille de profil de la dame assise qui tombe par terre.
14 Plan moyen de deux personnes qui courent vers la caméra.
15 Plan américain d’un personne qui court de dos.
16 Plan américain de trois personnes qui courent face caméra. L’une d’elle tourne la tête vers ses poursuivants.
17 Plan rapproché sur cette personne qui s’est retournée vers ses poursuivants et qui tourne à nouveau la tête vers l’avant.
18 Travelling au sol dans le couloir où ils prennent la fuite.
19 Gros plan d’un chien (berger allemand) qui cherche
20 Contre-plongée – plan rapproché d’une femme avec la laisse du chien
21 Plan moyen du chien qui court suivi d’un policier qui le tient en laisse devant un mur de graffitis.
22 Zoom arrière d’une vue aérienne d’une ville suivi d’un zoom avant vers le toit d’un bâtiment qui semble se transformer en circuit électronique où il est inscrit « Devoir d’enquête » et des chiffres Devoir d’enquête.
23 TGP sur l’inscription Devoir d’enquête.
24 GP d’une femme qui se penche.
25 Plan taille de cette femme qui ramasse des papiers, un homme est couché à terre et tente lui aussi de ramasser les papiers.
26 TGP sur les mains de cet homme, son visage apparaît froncé par l’effort.
27 Plongée sur cette femme qui ramasse les papiers.
28 TGP sur les papiers qui apparaissent cette fois clairement comme des billets de banque.
29 TGP sur une empreinte qui vient se superposer sur le billet.
30 Zoom avant dans l’empreinte. « Devoir d’enquête » apparaît dans les rayures de l’empreinte.

 

 

Durée : 35 »

Nombre de plans : 30

Moyenne : 1′ /plan

Musique originale composée par des musiciens pour Devoir d’enquête.

Effet de filtres et transitions omniprésents

Colorisation des images en une dominante verte.

Tout le générique a été traité en infographie.

 

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here